EN | FR

Assurance et placements

Avec simplicité, rapidité et facilitéMD

Évaluation de la protection contre les marchés baissiers

Placements, Perspectives sur les placements

Publié par Henry So

12 juil. 2016 11:39:07

Le semi-écart (aussi appelé écart négatif) est une variante de l’écart-type, une mesure plus communément utilisée. Ces deux mesures quantifient la variabilité historique des rendements d’un placement par rapport à son rendement moyen. Toutefois, le semi-écart négatif ne tient compte que des résultats inférieurs à cette moyenne. Un écart négatif faible indique un placement comportant un plus faible risque de baisse.

Le graphique ci-dessous montre ces deux mesures. Les flèches représentent les écarts de chaque rendement par rapport à la moyenne. L’écart-type tient compte des flèches grises et mauves, tandis que l’écart négatif ne se préoccupe que des flèches mauves.

À des fins d’illustration seulement.

Réduire au minimum les risques de baisse est sans pertinence si le rendement n’est pas pris en compte. En effet, un placement peut comporter un risque de baisse nul, comme les bons du Trésor du Canada, mais proposer un rendement insuffisant pour permettre à un investisseur d’atteindre ses objectifs financiers. Par conséquent, une mesure doit tenir compte à la fois du risque et du rendement.

Le ratio de Sortino est une variante du ratio de Sharpe, une mesure plus communément utilisée. Ces deux mesures quantifient le rendement excédentaire d’un placement que l’on divise par le risque couru pour obtenir ledit résultat (le rendement excédentaire étant le rendement supplémentaire dégagé par rapport à celui offert par un placement sans risque, comme des bons du Trésor). Le ratio de Sortino utilise l’écart négatif comme mesure du risque, tandis que le ratio de Sharpe utilise l’écart-type. Par conséquent, le ratio de Sortino est plus approprié si l’on souhaite évaluer le degré de protection contre les baisses. Un ratio plus élevé fait état d’un meilleur rendement corrigé du risque.

Ratio de Sortino = Rendement-Rendement sans risque / Écart négatif

Le ratio d’encaissement des baisses est une mesure légèrement plus complexe de la protection contre les baisses. Le ratio mesure le rendement moyen d’un placement par rapport à un indice de référence lors des périodes baissières. Un ratio d’encaissement de baisses inférieur à 100 % indique que le placement a en moyenne perdu moins de valeur que l’indice de référence. Un ratio de 100 % indique que la perte de valeur d’un placement équivaut à celle de l’indice de référence. Un ratio supérieur à 100 % indique que la perte de valeur d’un placement est plus élevée que celle de l’indice de référence. Par conséquent, plus le ratio d’encaissement de baisses est faible, meilleure est la protection contre les baisses.

Pour sa part, le ratio d’encaissement des hausses mesure le rendement moyen d’un placement par rapport à un indice de référence lors des périodes haussières. Un ratio d’encaissement des hausses élevé fait état d’une meilleure performance en période de marché haussier.

Selon la mesure de rendement que donnent ces deux ratios, il est important qu’un placement affiche un ratio d’encaissement des hausses élevé et un ratio d’encaissement des baisses faible. Il faut viser un important écart positif entre les deux ratios, se situant idéalement entre 20 % et 30 %. L’application d’une stratégie de protection contre les baisses peut entraîner une légère diminution du potentiel d’encaissement des hausses (ratio d’encaissement inférieur à 100 %). Par conséquent, un placement qui affiche des ratios d’encaissement des hausses et des baisses avoisinant respectivement 90 % et 60 % est administré par un gestionnaire qui a su le protéger lors des marchés baissiers et tirer parti des marchés haussiers.

Une gestion active des placements est nécessaire pour obtenir un large écart positif entre ces deux ratios. Il serait difficile d’obtenir des écarts comparables en investissant dans un fonds commun de placement ou un fonds négocié en bourse indiciel selon une gestion passive, car cette dernière vise à reproduire le rendement d’un indice de référence et non à le surpasser ou à s’en détacher. Si le gestionnaire accomplit parfaitement ses tâches, les ratios d’encaissement des hausses et des baisses devraient tous deux avoir une valeur de 100 %. Toutefois, la prise en compte des frais, aussi faibles soient-ils, a pour effet d’augmenter le ratio d’encaissement des baisses et de diminuer le ratio d’encaissement des hausses. Le résultat est un écart négatif entre les deux ratios, ce qui est peu souhaitable pour les investisseurs à la recherche d’une protection contre les baisses.

Ratios d’encaissement idéaux – gestion active contre passive
Ideal capture ratios - active vs passive

À des fins d’illustration seulement.

PARTAGER